Un Grammy sinon rien !

La première fois que j’ai entendu Cécile McLorin-Salvant, c’était le 24 février 2013, à l’Apollo Theater. J’avais acheté à la dernière minute un ticket pour une soirée baptisée l’Apollo Club Harlem, une production originale retraçant le passé de ce lieu mythique dans l’histoire du jazz créé en 1934 dans West Harlem. A l’affiche, il y avait Dee Dee Bridgewater, cela ne se refuse pas.

Sur scène, la triomphale Bridgewater n’était pas seule. Elle partageait le limelight avec une jeune fille – Cécile McLorin-Salvant n’a que 24 ans! Ce fut une révélation, un choc musical. Un an plus tôt, j’avais écouté pour la première fois le trompettiste de jazz, Ibrahim Maalouf , sur une autre scène new-yorkaise, à Drom. C’était la même impression de vivre un moment de découverte, exceptionnel, privilégié : sa musique était une nouvelle touche de couleur sur ma palette sonore.

Sur la scène de l’Apollo Theater, Cecile McLorin Salvant avait une présence radieuse, inoubliable. En duo avec son ainée, lauréate de 3 Grammys, interprétant I don’t mean a thing, Cécile, la francophone née de père Haïtien et de mère Guadeloupéenne mais élevée à Miami, trouvait naturellement sa place avec sa voix jazzy dans la pure tradition de Harlem et ses intonations moqueuses qui n’appartiennent qu’à elle.

Un post sur mon blog. Les choses allaient en rester là. En mai dernier, de passage à Paris,  je suis invitée par une amie journaliste à un concert de jazz à RTL. Ce concert, qui a lieu tous les vendredis dans un studio d’enregistrement de cette grande station de radio française, est ouvert au public et retransmis le dimanche soir dans l’émission l’Heure du jazz de Jean-Yves Chaperon que les amateurs connaissent. Dans cette petite salle, c’est un plaisir renouvelé d’entendre Cécile interpréter le Front caché sur tes genoux extrait de son album qui vient alors de sortir WomanChild . Entre deux chansons elle est interviewée en français par le journaliste. C’est évident,  Cécile doit venir au Lycée ce que je lui demande officiellement backstage à la fin du concert. Elle accepte avec enthousiasme.


Cécile Mc Lorin Salvant – Le front caché sur… by rtl-fr

Le programme musical du Lycée comprend traditionnellement un concert de musique classique, un concert de jazz et un concert world ou chanson française, cela afin de faire découvrir tous les genres aux élèves. En général, ces derniers boudent le jazz. Peu importe, quelques-uns viendront découvrir ce jeune prodige musical qui jouera avec trois musiciens dont l’exceptionnel pianiste Aaron Diehl.

De retour à New York, contact est pris avec son agent. C’était au printemps dernier. Depuis, en quelques mois,  Cécile McLorin-Salvant a été propulsé au firmament : article dans le New York Times, concert au Lincoln Center, et surtout nomination dans la catégorie Best Jazz Vocal Album avec WomanChild aux 56èmes Grammys du 26 janvier prochain décidément inscrits dans la francophonie : dans la catégorie Chamber Music/Small Ensemble Performance est nominée la pianiste française Hélène Grimaud pour son album Duo. (Son concert prévu au Lycée le 24 octobre dernier avait été annulé pour cause de blessure).

Quelle chance d’avoir invitée Cécile McLorin Salvant avant qu’elle ne devienne la coqueluche du monde du jazz et des médias ! Une nominée aux Grammys ? Rien n’est décidément trop beau pour nos élèves et notre communauté.

The first time I heard Cecile McLorin Salvant was on February 24, 2013 , at the Apollo Theater. I had bought a ticket at the last minute for an evening called the “Apollo Club Harlem,” an original production on this legendary place created in 1934 in West Harlem. With Dee Dee Bridgewater on the program, it was a must-see evening of jazz.

Miss Bridgewater was not alone on stage. She shared the limelight with a 24-year-old woman named Cecile McLorin Salvant. The concert was a revelation, a musical shock.

On stage at the Apollo Theater, Cecile McLorin Salvant had an unforgettably radiant presence. In a duet with her elder, winner of three Grammys, performing I do not Mean a Thing, Miss McLorin Salvant, the Miami-raised French speaker with a Haitian father and Gaudeloupean mother, naturally found her place with her jazzy voice in the tradition of Harlem.

Visiting Paris last May, I was invited by a journalist friend to a jazz concert at the French radio station RTL. Every Friday, the station hosts a concert that is open to the public and broadcast on a Sunday-night show called l’Heure du Jazz with Jean-Yves Chaperon. In this small room, it was a pleasure to hear Miss McClorin Salvant interpret the “Le Front Cache sur Tes Genoux,” from her then new album WomanChild. Between songs, the journalist interviewed her in French. It was obvious to me: Cécile McClorin Salvant had to come to perform at the Lycée Français de York’s Cultural Center. I officially invited her backstage after the concert, and she agreed with great enthusiasm!


Cécile Mc Lorin Salvant – Le front caché sur… by rtl-fr

Each year, the musical program of the LFNY Cultural Center includes a classical music concert, a jazz concert and a concert of French songs or world music , to give our students a chance to discover different musical styles. Jazz isn’t always a choice they understand, but I am hopeful a few of them will discover this young musical prodigy who will play on Thursday, January 9 with three musicians including the exceptional pianist Aaron Diehl.

Back in New York last spring, I made contact with Miss McLorin Salvant’s agent. In just a few short months, Cecile McLorin Salvant has been propelled to the top if the jazz scene. We’ve seen an article in the New York Times, a concert at Lincoln Center, and above all, with WomanChild, a nomination for Best Jazz Vocal Album at the 56th Annual Grammy Awards. The Grammys will be held on January 26, 2014 and will be decisively Francophone: French pianist Helene Grimaud was nominated for her album Duo in the category Chamber Music / Small Ensemble Performance. (Her scheduled concert at the Lycee on October 24 was canceled due to injury ).

How lucky to have invited Cecile McLorin Salvant, before she became the darling of the jazz world and media! Nominated for a Grammy? Nothing is too good for our students and our community.

One Response to Un Grammy sinon rien !

  1. Pingback: Cecile McLorin Salvant | PascaleRichard's Blog

Featured Posts

Author

Pascale Richard

Directrice du Centre Culturel

Pascale Richard
Pascale Richard a rejoint l’équipe du Lycée en tant que directrice du Centre Culturel en 2011. Son rôle est de faire découvrir le meilleur des cultures françaises et américaines, à travers plusieurs conférences, concerts et séances cinéma. A l’automne 2012, elle a lancé le programme d’artistes en résidence. Elle est aussi Suppléante du député LREM en Amérique du Nord.

Related Posts


Topics

Upcoming Events