« Growing Connections », un projet écologique et ludique

 

Le projet « Growing Connections » dirigé par le professeur de biologie Sory Koité rassemble des élèves de primaire et de secondaire dans un but écologique et ludique. En associant leurs mains vertes avec leur ingéniosité, leur investissement a payé.

Depuis octobre, des élèves du LFNY se sont investis toutes les semaines dans un projet à l’initiative de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) appelé « Growing Connections ».

Interdisciplinaire, « Growing Connections » fait appel à diverses matières étudiées par les élèves, telles que la biologie, les mathématiques mais aussi l’informatique qui permet de réaliser les histogrammes et graphiques nécessaires au partage des résultats. Un projet également horizontal car il réunit non seulement la primaire (les 24 élèves de la classe de Mme Santos) mais aussi le secondaire avec des 5èmes et des 4èmes. En tout, près de 39 étudiants ont mis volontairement la main à la pâte. “Ce projet est fédérateur” affirme Sory Koité, professeur de biologie et  coordinateur depuis déjà cinq ans.

Sept groupes de primaires sont donc coachés par des élèves de secondaire veillant à la compréhension et à la réussite du travail. Chaque équipe se consacre à une plante particulière et s’organise pour venir s’en occuper soit pendant l’heure prévue le mercredi, soit pendant leurs heures libres. Il a d’abord fallu effectuer des recherches préalables sur les plantes et leurs caractéristiques afin de mettre en pratique les connaissances acquises. Les équipes ont chacune planté des graines de leur plante (tomate, fraise, salade, oignon, etc.) et s’arrangent au cours du briefing hebdomadaire pour aller l’arroser chaque semaine.

L’équipe Growing Connections 2013.

Mais « Growing Connections » possède avant tout un but pédagogique, celui de combattre la sécheresse dans les pays arides. Ce projet possède ainsi des avantages non négligeables. Les élèves ont non seulement appris à faire pousser des plantes avec une quantité minimale d’eau afin d’éviter tout gaspillage mais ils ont aussi appris à maitriser l’énergie du soleil.  De plus, « Growing Connections » rallie de nombreux enfants dans le monde qui travaillent sur ce même projet. Via internet, les élèves peuvent partager et comparer les informations sur leur travail dans les différents pays participants.

En alliant l’utile à l’agréable, « Growing Connections » souhaite sensibiliser les élèves aux problèmes liés à la nutrition et encourage la solidarité. « Je continuerai l’année prochaine » confie Maël, élève de secondaire.

The “Growing Connections” project led by Sory Koité, a biology teacher, brings primary and secondary students together for an environmentally friendly and fun purpose that pays dividends.

Depuis octobre, des élèves du LFNY se sont investis toutes les semaines dans un projet à l’initiative de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) appelé « Growing Connections ».

Interdisciplinaire, « Growing Connections » fait appel à diverses matières étudiées par les élèves, telles que la biologie, les mathématiques mais aussi l’informatique qui permet de réaliser les histogrammes et graphiques nécessaires au partage des résultats. Un projet également horizontal car il réunit non seulement la primaire (les 24 élèves de la classe de Mme Santos) mais aussi le secondaire avec des 5èmes et des 4èmes. En tout, près de 39 étudiants ont mis volontairement la main à la pâte. “Ce projet est fédérateur” affirme Sory Koité, professeur de biologie et  coordinateur depuis déjà cinq ans.

Sept groupes de primaires sont donc coachés par des élèves de secondaire veillant à la compréhension et à la réussite du travail. Chaque équipe se consacre à une plante particulière et s’organise pour venir s’en occuper soit pendant l’heure prévue le mercredi, soit pendant leurs heures libres. Il a d’abord fallu effectuer des recherches préalables sur les plantes et leurs caractéristiques afin de mettre en pratique les connaissances acquises. Les équipes ont chacune planté des graines de leur plante (tomate, fraise, salade, oignon, etc.) et s’arrangent au cours du briefing hebdomadaire pour aller l’arroser chaque semaine.

L’équipe Growing Connections 2013.

Mais « Growing Connections » possède avant tout un but pédagogique, celui de combattre la sécheresse dans les pays arides. Ce projet possède ainsi des avantages non négligeables. Les élèves ont non seulement appris à faire pousser des plantes avec une quantité minimale d’eau afin d’éviter tout gaspillage mais ils ont aussi appris à maitriser l’énergie du soleil.  De plus, « Growing Connections » rallie de nombreux enfants dans le monde qui travaillent sur ce même projet. Via internet, les élèves peuvent partager et comparer les informations sur leur travail dans les différents pays participants.

En alliant l’utile à l’agréable, « Growing Connections » souhaite sensibiliser les élèves aux problèmes liés à la nutrition et encourage la solidarité. « Je continuerai l’année prochaine » confie Maël, élève de secondaire.

One Response to « Growing Connections », un projet écologique et ludique

  1. Pingback: The Week in Pictures: May 27 – 31 | LFNY LIFE

Featured Posts