Résolutions de rentrée

C’est la rentrée.

Pour tout adulte lié directement (parent) à la vie d’un enfant scolarisé c’est une nouvelle année qui commence au beau milieu de l’année civile.

L’idée d’un nouveau départ. On prend donc de bonnes résolutions car c’est promis cette année sera synonyme: de devoirs faits en temps et heure avec leçons apprises sur le bout des doigts, d’albums lus au bord du lit avant de dormir, de légumes avalés sans grogner, de réveils frais d’enfant pimpants, d’arrivées du matin sautillantes, de sorties des classes sereines…

Cependant très vite à New York débute la course contre la montre: elle nous rattrape et anéantit vite nos promesses d’organisation d’une année scolaire idéale à s’occuper d’un enfant radieux.

La recette magique n’existe pas et les années scolaires parfaites non plus. Cependant, soutenir son enfant sans le stresser en appliquant quelques petites recettes simples et efficaces pourront vous aider à entrer dans cet autre marathon de New York…

IMG_2423p

Une bonne résolution à suivre cette année: s’adapter au rythme de son enfant, plutôt qu’à celui, effréné, de la métropole new-yorkaise. 

Beaucoup de parents se plaignent de la lenteur de leur enfant, de son incapacité à être à l’heure le matin.

Au risque de faire grincer des dents la plupart des parents new-yorkais, je me fais l’écho de Carl Honoré, ce journaliste canadien auteur du Best seller ‘Under pressure’ en risquant une “éloge de la lenteur”.

S’adapter au rythme de son enfant

En effet, mon expérience m’a appris que le meilleur conseil en matière d’éducation est sans aucun doute de s’adapter au rythme des enfants et de prendre son temps.

En effet, instinctivement un enfant écoutera toujours ses besoins et souvent si il se sent trop “pressé” il réagira en ralentissant davantage le rythme. En fait, chaque fois que votre enfant “ralentit” c’est parce que son équilibre n’a pas été respecté et en le pressant on obtiendra exactement le contraire de ce que l’on veut car on intensifiera la réponse négative.

Carl Honoré dénonce la pression que certains parents exercent sur les enfants pour leur donner le meilleur et les rendre parfaits. Pression contre nature qui crée un stress aussi inutile que malsain.

Il précise que lorsqu’on demandait à Einstein ce qu’il ferait s’il disposait d’une heure pour sauver la planète, il répondait je consacrerais 55 minutes à définir le problème et 5 minutes à le résoudre.

En général nous faisons exactement le contraire et la précipitation est notre première réponse aux difficultés.

Journées de marathonien

L’impatience et l’immédiat l’emportent souvent sur l’important alors que les meilleures réponses/attitudes demandent de la patience, des efforts, de la réflexion: apprendre de ses erreurs, chercher leurs causes, être attentifs aux petits détails, accepter l’incertitude, se construire une expertise, toutes ses étapes prennent du temps.

BacktoSchoolCycle1-161Mais lorsqu’on vit dans la ville qui ne dort jamais et que son enfant ne suit pas le rythme effréné imposé par des journées de marathonien, comment faire pour introduire de la lenteur dans sa vie?

– Le premier conseil est sans doute de supprimer de son emploi du temps de la semaine tout ce qui n’est pas essentiel. C’est un défi mais ne pas être hyper occupé sera souvent salutaire.

Vous êtes un modèle pour votre enfant. Prenez l’habitude de vous déconnecter de vos appareils électroniques et laisser votre esprit vagabonder: au calme, dégagé de tout stress et de distraction le cerveau s’apaise et peut se recharger.

Apprenez à votre enfant à ralentir et à réfléchir avant d’agir. Vous pouvez lui acheter un petit objet comme une tortue ou un escargot à mettre sur son bureau ou dans son cartable pour le lui rappeler.

Lorsqu’il fait face à une difficulté qu’elle soit scolaire, sociale ou émotionnelle: apprenez lui à attendre le lendemain avant de prendre une décision.

Faites-lui pratiquer une activité ou un rituel qui l’oblige à ralentir: lire une histoire ou de la poésie, l’inscrire à un cours de yoga, et pourquoi pas du jardinage!

Apprenez-lui à persévérer et à ne pas se décourager: Steinway a construit 482 pianos avant de connaître le succès et Flaubert a écrit 52 versions d’une des scènes de Madame Bovary avant de publier son livre.

– Enfin, planifiez avec votre enfant des objectifs à long terme afin de réduire la pression de l’immédiateté.

La deuxième plainte la plus fréquente qu’adressent les parents concerne les devoirs à la maison. Souvent source de conflits, la rentrée signifie souvent le retour des tensions de fin de journée à la maison.

BacktoSchoolCycle1-146

Pour introduire de la lenteur dans sa vie, on peut faire pratiquer à son enfant une activité qui l’oblige à ralentir, comme la lecture.

C’est une source de préoccupation telle qu’il y a deux ans un comité composé de professeurs de tous les niveaux a établi une charte de référence pour l’école primaire. Celle-ci vous aidera sans doute à planifier cet incontournable moment de fin de journée.

 

Cependant, au cas où cela ne suffirait pas et pour que les devoirs ne riment plus avec désespoir, voilà quelques petits conseils et astuces d’éducateur avisé:

Établissez des rituels: Ils simplifient la vie de la famille tout en rassurant et structurant les enfants. En effet, les jeunes enfants en sont très demandeurs surtout lorsqu’ils sont non négociables: les devoirs c’est tous les jours à la même heure, pour un temps défini à l’avance, dans le salon plutôt que dans la chambre et sans connexion à internet par exemple.

Y2 Geraldine Loup-4

Pour que la période des devoirs ne se transforme pas en séance de torture, établissez des rituels, résistez à la tentation de corriger et responsabilisez votre enfant.

Résistez à la tentation de corriger: La participation scolaire des parents doit rester ludique et en relation avec le quotidien de la famille: cuisiner, visiter un musée, etc…Plutôt que de corriger ses cahiers faites parler votre enfant de ce qu’il apprend le soir au diner par exemple. S’il exprime des difficultés, rassurez-le et dites-lui que vous en parlerez avec son enseignant.

Responsabilisez votre enfant: La solution pour dénouer les situations dans lesquelles les devoirs se font dans les pleurs et dans les cris est de dire à son enfant: “ta scolarité et tes résultats scolaires t’appartiennent. Je ne m’en mêlerai plus car cela crée trop de tensions entre nous. Tu as plusieurs options: ne pas faire tes devoirs, les faire tout seul, ou décider que tu as besoin de moi. Dans ce cas je serai disponible de 18:00 à 18:30 mais pas plus.” Je comprends que ce soit difficile à mettre en pratique lorsqu’on est un parent anxieux mais très c’est aussi radical qu’efficace!

Le marathon de la rentrée scolaire a commencé. Vous le finirez, vous n’avez pas le choix!

Cependant j’espère que ces quelques conseils vous aideront à affronter l’année scolaire sereinement,  avec la nonchalance d’un athlète de haut niveau…

Excellente rentrée à tous!

Photos: Jeff Rogers, Chesna Flora.

It’s back to school! For every adult, both parent and caregiver, whose life is connected to a child in school, a new school year means a fresh start. We create resolutions: “Without a doubt this school year will mean homework done on time with all that newfound knowledge at my child’s fingertips, bedtime stories read, all vegetables eaten, cheerful wake ups, joyful arrivals at school, and serene class departures…”

But, we know in this city that is New York, it’s a race against time. We get caught in its motion and very quickly our dreams of organization, an ideal school year, and an eternally happy child seem to fade.

A magic recipe doesn’t exist, and perfect school years don’t either. But, supporting students without stressing them is possible as you enter this New York marathon…

IMG_2423p

A good resolution this year is to adapt to your child’s rhythm and not try to keep up with the fast-paced rhythm of New York.

Many parents worry about their dawdling children in the morning and the difficulty they have to arrive on time. At the risk of irritating any New York parent I will echo the words of Canadian journalist Carl Honoré, author of the best-selling Under Pressure, in his praise of slowness. In fact, my own experience has taught me that from an educational standpoint the best approach is to adapt yourself to the rhythm of your child and to take your time. 

Adapt your time to your child’s rhythm

A child will instinctively listen to his or her own needs, and if she or he seems too rushed, will react by slowing down the pace even further. In fact, each time a child slows down because his or her own rhythm hasn’t been respected, an extra push will only intensify action in the opposite direction.

Carl Honoré questions the pressure parents may not knowingly place on their children to give better and better and to be more and more perfect, because of the unnecessary stress it creates.

He reminds us that when Einstein was asked how he would spend one hour to save the planet, Einstein responded, “I would give 55 minutes to define the problem and five minutes to solve it!” In general, we all tend to do the opposite in times of difficulty. Einstein teaches us patience in the place of impatience. He teaches us that effort, reflection, learning from mistakes, finding causes, paying attention to details, accepting incertitude, building expertise—all these things take time.

Introduce slowness

BacktoSchoolCycle1-161When you live in the city that doesn’t sleep and your child’s own rhythm is controlled by the crazy pace of  New York days, how can you introduce slowness into a child’s life?

– My first advice is without a doubt to remove the non-essential from your child’s schedule. It is a challenge, but not being over programmed is beneficial for a child.

– You are a model for your child. Get in the habit of disconnecting from electronic devices, tap your spirit of wanderer, demonstrate calm and give your own mind a rest to recharge.

– Teach your child to slow down and think before acting. You might give your child a small toy like a tortoise or a snail for the backpack or desk as a reminder.

– When children face difficulty whether academic, social or emotional, teach them to wait till the next day to make any decisions.

– Do a regular activity with your children, a ritual, that they are obligated to do: read a book or a poem, take a yoga class, or even encourage their green thumb at home!

– Teach your child to persevere and not to give up. Steinway built 482 pianos before he achieved success, and Flaubert wrote 52 versions of one of the scenes in Madame Bovary!

– And, finally, plan long-term objectives with your child to reduce the pressure of the immediate.

The question of homework

BacktoSchoolCycle1-146To encourage slowness, parents can engage in a regular activity with their children that teaches everyone to slow down, such as reading a book or a poem.

Often a source of stress, back to school can mean the return of stress at home at the end of the day, especially so because of homework. Two years ago a committee of Lycée primary teachers gathered together to create a homework charter for LFNY primary students. It was designed to help parents better plan for that very stressful moment of the day.  And, if the charter itself isn’t enough and homework still ends in despair, here are three small pieces of advice that educators often recommend:

– Establish rituals:  It makes family life easier and creates an atmosphere of reassurance and structure for children. Small children can be very demanding, particularly with the non-negotiable. Try doing homework at the same time everyday, for a defined time in advance and in the living room rather than the bedroom without an internet connection, for example.

Y2 Geraldine Loup-4

 

To remove the stress from homework: establish rituals, resist the temptation to correct and make your child responsible.

– Resist the temptation to correct. The participation of parents in their child’s school is best when it’s connected to daily life: cooking, museum visits, walks in the park. etc. Rather than correcting your child’s notebook ask your child what she or he learned at school during dinner. If she or he has trouble explaining it, reassure him or her  that you will talk to the teacher about it.

– Make your child responsible. When homework becomes a source of tears a good approach is to say, “your schooling and results belong to you. I won’t get too involved because that might create tension between us. You have many options: not to do your homework, to do it on your own, or you can decide that you need my help. In this case, I will be available between 6pm and 6:30pm, but that’s all.” I understand this may seem difficult to put in place, even counterintuitive perhaps, but very efficient!

So the back-to-school marathon has started. And you will make it! I hope these small pieces of advice will help you start the school year in serenity. Wishing you all a wonderful back to school!

Photos: Jeff Rogers, Chesna Flora.

Comments are closed.

Featured Posts

Author

Vannina Boussouf

Head of Primary School

vboussouf
Head of the Primary School at the Lycée Francais de New York since 2007, Vannina Boussouf has taught at almost all levels of elementary school. She has also held different functions within many schools in France and taught French for one year at the International School of Louisiana.

Related Posts


Topics