Our Day of Understanding

 

Le 23 mai 2017, le Lycée Français de New York a été honoré du Adam Solomon Award par le Tanenbaum Center for Inter-religious Understanding, qui a guidé le travail sur “Notre Journée d’entente”. Vannina Boussouf nous explique la philosophie de l’approche sur ce qui est devenue une journée annuelle de la dialogue, de la reflection et de la célébration dans la communauté du Lycée.

“Ce ne sont pas nos différences qui nous séparent. C’est notre incapacité à reconnaître, accepter et célébrer ces différences.” Cette citation d’Audre Lorde nous montre l’importance d’apprendre aux élèves, dès le plus jeune âge l’importance de l’acceptation de la différence.

Le 19 décembre, le Lycée Français de New York  a introduit la journée de l’Entente, une journée dédiée à la célébration de nos identités plurielles, singulières et uniques, une journée qui symbolise notre désir de reconnaissance, de notre capacité à créer une communauté basée sur l’entente et le respect des différences.

img_6435Cette journée a été le point culminant de plusieurs mois de préparations et d’activités. Nous avons été très heureux d’accueillir les parents qui sont venus écouter les élèves de primaire expliquer ce qu’ils avaient appris. Cela a été un moment important de partage pour les familles et élèves du Lycée qui ont pu échanger sur les rituels et traditions de leurs familles.

Cet évènement nous permet, en tant que communauté éducative de réaffirmer notre engagement vis-à-vis de nos élèves à leur offrir une éducation enrichissante et rigoureuse basée sur des valeurs éthiques telles que l’ouverture d’esprit et la tolérance.

fu4a6341Cette manifestation est le résultat d’une réflexion engagée depuis plusieurs années autour de la diversité et de son enseignement. Car si personne ne remet en question la légitimité de l’école à transmettre des valeurs communes telles que le respect et la tolérance et que nous reconnaissons tous que ces valeurs sont essentielles et qu’elles doivent être enseignées dès le plus jeune âge, la question de l’enseignement de la diversité est en fait une question beaucoup plus complexe que la simple transmission des valeurs communes de respect et de tolérance.

4-image-of-big-8-social-identifiers

© Melanie Milletics

C’est en fait une des questions les plus passionnantes car elle revient d’une part à réfléchir sur  le rôle de l’éducation et d’autre part, à s’interroger sur les représentations des élèves à propos  de la différence en vue de développer des méthodes pédagogiques pour penser et enseigner la diversité.

Enseigner la diversité : un paradoxe?

Traditionnellement, éducation et enseignement  ont pour rôle de construire une société composée d’individus qui partagent des connaissances, des savoir-faire, des traditions et des langages. C’est d’ailleurs cette fonction sociale et politique d’unité et de cohésion qui permet de créer un sentiment d’appartenance à une communauté, sentiment basé sur le partage de représentations et de valeurs mutuelles.

D’un autre côté, l’idée que chaque élève, que chaque personne en formation, que chaque   «sujet de l’éducation» est un être singulier et que sa singularité correspond à une diversité qui doit être reconnue en tant que telle est un préalable nécessaire et fondateur pour un enseignement de la diversité.

En conséquence, l’enseignement de la diversité suppose que l’objectif de formation de l’élève en tant qu’individu soit placé dans un cadre social et que l’objectif du vivre-ensemble soit réuni avec la reconnaissance de la différence individuelle et de la diversité culturelle.

On comprend donc aisément le défi que cela représente et afin d’assurer un enseignement de qualité; cependant l’hétérogénéité socio-culturelle et la diversité inhérente à notre communauté constituent une vraie richesse pour la construction d’un programme de cette envergure et nous avons choisi de travailler avec le Tanenbaum Center for Interreligious Understanding et de baser ce programme sur les 7 principes d’une éducation inclusive proposés par Tanenbaum.

screen-shot-2017-01-05-at-2-41-21-pm

À l’heure de créer un programme complet autour de la diversité, les questions -et les défis-que nous nous posons sont les suivants:

  • Comment réunir pédagogiquement le commun et le différent, l’un et le multiple, le même et l’autre ?
  • Quelle démarche pédagogique adopter? L’enseignement de la diversité implique chez le professeur qui enseigne comme chez l’élève qui apprend une approche de compréhension particulière. Il faut pouvoir se décentrer d’un point de vue individuel pour s’ouvrir à une multiplicité de points de vue qui fasse écho à la diversité culturelle des comportements, des affects, des représentations, des valeurs des autres membres du groupe.

Une telle approche est compréhensive au sens étymologique du terme : elle prend ensemble (cum-prehendere). En effet, elle repose sur la capacité à saisir les raisons de l’autre, dans ses modes de penser, d’agir, de sentir, de s’émouvoir et à les intégrer à ses propres références.

Elle s’appuie sur cette compétence caractéristique de l’être humain à comprendre les significations que l’autre donne au monde, à saisir les motifs et les buts qu’il donne à son existence et à son action dans le monde.

Les apprentissages sociaux et émotionnels, ou plus précisément ce que communément nous appelons l’intelligence émotionnelle reposent sur le développement de ces compétences liées à l’apprentissage de la diversité envisagée comme un défi biographique: à la fois conscience de soi en tant qu’être singulier et intégration de l’autre, de ses différences.  Défi qu’il faut surmonter afin de construire le degré nécessaire de flexibilité intellectuelle et de fluidité culturelle qui permet aux êtres humains de s’entendre.

fu4a6378Au LFNY, nous pensons qu’éduquer à l’Entente est incontournable car nous voulons former des citoyens conscients et fiers de leurs identités individuelles capables d’empathie et de compassion, des citoyens avides de justice qui lutteront pour une société dans laquelle les préjudices et les stéréotypes n’ont pas leur place, des citoyens du monde, éclairés, accomplis et positifs.

C’est cela que nous avons voulu affirmer, que nous continuerons à affirmer chaque année, lors de la journée de l’Entente et tout au long de l’année.

On May 23, 2017, the Lycée Français de New York was honored with the Adam Solomon Award from the Tanenbaum Center for Inter-religious Understanding, who helped guide our work during “Our Day of Understanding”.  Vannina Boussouf explains the philosophy and approach behind what that has become an annual day of reflection, conversation and celebration in the Lycée community.

“It is not our differences that divide us. It is our inability to recognize, accept and celebrate those differences,” said poet Audre Lorde. Her quote highlights the importance of teaching students from the youngest age about the importance of understanding and embracing our differences.  

On Monday, December 19th, the Lycée Français de New York held its first annual Day of Understanding, a celebration dedicated to the many ways in which we identify ourselves. img_6435It was the culmination of months of activities across the Primary School, and we were excited to welcome our Primary families to the school that day to hear from the
children about what they learned. It was an important moment of sharing, as parents and students alike talked about the rituals and traditions in their families.

The day was a touchpoint of our ongoing work to foster in our community an understanding and embrace of what unites us and makes each one of us unique. This event helped us as an educational community to reaffirm our commitment to providing our students a fulfilling and enriching educational experience rooted in the values of open-mindedness and tolerance.

fu4a6341Our Day of Understanding was the result of many years of work and reflection about how we understand and teach about diversity in our international context. One would not question the importance of fostering respect and understanding of others in students from their earliest years, but the question of how to go about doing so effectively is much more complex.

4-image-of-big-8-social-identifiers

© Melanie Milletics

It’s one of the most fascinating questions for a school, as it examines teaching and also how diversity is itself represented among our student body in order to develop the best teaching methods possible.

The paradox of teaching about diversity.

Education and teaching have been traditionally the building blocks of societies. They played an essential role in shaping a community of individuals with a common base of knowledge, traditions and language. A political and social function, education was meant to give individuals a sense of belonging, as well as shared ideas and values.

The idea that each student, each person being taught, each “subject of our teaching”, has a singular identity and that together these identities form a plurality of people is essential in thinking about teaching diversity.  Perhaps paradoxically, teaching diversity must take into account a student’s individuality within her or his social and educational setting, while encouraging them to find commonalities among each other each.

Given the many cultures and backgrounds present in our community of students, it was quite a challenge for us to create a substantive, high-quality program. Effectively tapping our own cultural diversity and also taking great care to nurture it effectively led us to work with the renowned Tanenbaum Center for Interreligious Understanding, and to base our program on Tanenbaum’s seven principles of inclusive education.

screen-shot-2017-01-05-at-2-41-21-pm

As we began to create a program on the topic of diversity, we asked ourselves a number of questions:

  • How do we teach the concepts of the “shared” and the “different,” the “one” and the “many”, the “self” and the “other”?
  • What pedagogical approach should we adopt? Teaching about diversity engages both teacher and student in a particular understanding and approach. Teachers need to de-emphasize their individual points of view and open up to the many perspectives that exist within a culturally diverse community, including all the affects, representations, and values that go along with them.

It requires a true comprehensive approach in the etymological sense : to take together (cum-prehendere). It hinges on our ability to fully grasp the reasoning of others, their way of thinking, acting, sensing, emoting and to integrate that into our own points of reference.  It rests on the characteristic that human beings share to try to understand the signals another sends, to grasp their motives, and how they interact with the world around them.

Social and emotional learning (SEL), or what we call emotional intelligence, rests on the development of competencies linked to learning and understanding diversity as a “biographical challenge.” It starts from an awareness and acceptance of oneself as an individual, and extends to include the integration of others and their differences. Tremendous intellectual flexibility, cultural fluency and empathy are required on the part of teachers.

fu4a6378At the Lycée Français de New York, teaching understanding is essential in order to form citizens who are conscious and proud of their individual identities and also capable of empathy and compassion, citizens with a sense of justice who will fight for a society where prejudice and stereotypes have no place — citizens of the world, enlightened, accomplished and positive.

That’s what we wanted to affirm, and will continue to do so during our annual Day of Understanding and throughout the year.

 

Comments are closed.

Featured Posts

Author

Vannina Boussouf

Head of Primary School

vboussouf
Head of the Primary School at the Lycée Francais de New York since 2007, Vannina Boussouf has taught at almost all levels of elementary school. She has also held different functions within many schools in France and taught French for one year at the International School of Louisiana.

Related Posts


Topics

Upcoming Events