Jos Houben: the 10th graders nominee

Maintenant que la résidence est achevée, nous pouvons partager nos craintes. Jusqu’à la dernière minute, on ne savait pas si Jos Houben allait obtenir le visa nécessaire pour travailler comme artiste en résidence au Lycée pendant une semaine du 20 au 24 avril avec les élèves de secondes. Une question en suspens du Secrétariat d’état américain était la pertinence de la venue d’un artiste belge dans une école française, certains bureaucrates ignorant sans doute que la Belgique est aussi pour partie francophone. Mais surtout ils ne connaissaient pas la teneur de la résidence.

Observer, “regarder avec le corps”, “créer le silence”, c’est en ces termes que l’acteur, belge en effet, mais surtout professeur à Paris à l’école Jacques Lecoq , formé à la présence scénique particulière au théâtre de Complicité, s’est adressé aux élèves. Donc peu de mots, en français ou en flamand (sa langue natale que l’acteur a pu partager avec Anne Gaëlle Van de Weghe, parente au Lycée, native d’une ville voisine, et co-hôte d’un cocktail en son honneur organisé au domicile d’Alexandra Piol). Pour ce marathon théâtral (l’artiste doit convaincre et conduire 90 élèves vers un projet final en l’espace de cinq jours à raison de 5 heures de rencontre avec chaque classe), Jos Houben était assisté de Nessa Norich, son ancien élève à l’école Lecoq, aujourd’hui actrice à part entière.

“La création artistique c’est choisir, cristalliser, réduire, essentialiser”

Les deux premières heures furent un temps d’apprentissage pour apprendre un langage commun qui serait celui de la résidence. A travers des jeux de groupes – former un cercle, souffler sur une bulle imaginaire et l’envoyer à un autre participant en s’efforçant de ne pas la faire tomber ; ou encore inviter 4 ou 5 acteurs à se placer un à un sur la scène en ordre dispersé, et laisser aux autres le soin d’imaginer un scenario et pourquoi pas le jeu des passions dévorantes entre les quatre principaux personnages d’Othello. Puis, dans le temps restant, la « parole », toujours silencieuse, a été donnée aux élèves qui se sont remémorés quelques observations passives menées dans la ville pour les rejouer à leurs camarades. Jos Houben les a ensuite aidés à transposer ses successions de gestes en scénette . «  Car la création artistique c’est choisir, cristalliser, réduire, essentialiser,’ leur a dit Jos Houben.

“J’ai appris à ne pas avoir aussi peur d’être sur scène”

Dans un calendrier scolaire chargé, les élèves se sont prêtés avec une grande disponibilité à cette expérience unique. « J’ai vraiment aimé la rencontre avec cet artiste. Il était hilarant, créatif, ingénieux. J’ai appris à ne pas avoir aussi peur d’être sur scène et que chaque petit geste peut être disséqué pour être ensuite représente sur scène», a écrit Tara Shirazi, élève de secondes en réponse au questionnaire post-résidence envoyé aux participants que nous espérons d’autres rempliront.

Le projet final a été un triomphe. Comme toujours les élèves se sont surpassés. Jos est retourné à Paris le vendredi soir avec peu de temps pour préparer son discours pour la cérémonie des Molière du lundi où il était nominé. En apprenant les résultats, Jos nous a écrit dans un texo : “Merci à tous mes fans, ce n’était pas pour moi mais c’est aussi bien ainsi. » Peut-être, mais pour le Lycée, Jos Houben était le seul honoré possible.

Cliquez sur la vidéo ci-dessous pour voir le spectacle final:

Now that it is passed we can share our fear. Until the last moment, we did not know if Jos Houben would have a visa to come and work as an artist in residence at the school with the tenth graders during the week of April 20 to 24. One pending question from the State Department was whether it made sense for a Belgian actor to come at a French school, some bureaucrats being probably unaware that a large part of Belgium is French speaking. But more importantly they knew little about the residency that was to follow.

Observe, “watch with the body”, “create a silence”, it is in those terms that the actor, Belgian indeed, but more importantly teacher in Paris at the Jacques Lecoq school, formed at the particular stage presence of the theatre de Complicity, addressed the students. Words in French or Flemish (his native language that the actor was able to share with Anne Gaëlle Van de Weghe, parent at the Lycee, native of a neighboring town, and co-organizer of a cocktail in honor of the artist at the home of Alexandra Piol), were few. For this artistic marathon (The artist had to convince and lead 90 students to a final performance over five days with an average of five hours spent with each class), Jos Houben was assisted by Nessa Norich, his former student at school Lecoq and actress in her own right.

“Artistic creation is to choose, crystallize, reduce, and make essential”

The first two hours were a learning time. Through exercises and group games – assembled in a circle, the students had to blow on an imaginary bubble and project it to another participant while striving not to make it fall; or walking one by one on the stage, four or five students chose a place randomly while the others imagine a scenario between them, and, why not, the game of consuming passions between the Othello’ s four main characters, the “language” used during the whole week was established. Then during the remaining time, the students were given the floor “silently”, remembering a few observations conducted in the city and replaying them for their comrades. Jos Houben helped them transpose the scene in an artistic way. “Artistic creation is to choose, crystallize, reduce, and make essential”, said Jos, adding “It is not about the best, it is about how you interact with the world.”

“I learned not to be so repulsed by being on stage”

In a busy school calendar, most students participated with enthusiasm to this unique experience. « I really enjoyed meeting with this artist, because he was hilarious, creative, and ingenious. I learned not to be so repulsed by being on stage, and that every single little action can be dissected so as to be represented on stage”, wrote Tara Shirazi, student in Y 10, in response to a post residence questionnaire sent to all participants which hopefully will be answered by others.

The final project was a triumph. As always the students outdid themselves. Jos went back to Paris on that Friday with little time left to prepare his speech for the Moliere’s ceremony on the Monday night where he was nominated. Upon the results, Jos wrote us in a text message: “Thank you to all my fans. It was not meant for me and it is as well. »  Maybe so, but for the Lycee, Jos Houben was the only possible nominee.

Watch the final show here:

One Response to Jos Houben: the 10th graders nominee

  1. Pingback: The Genie(us) Within | LFNY LIFE

Featured Posts

Author

Pascale Richard

Directrice du Centre Culturel

Pascale Richard
Pascale Richard a rejoint l’équipe du Lycée en tant que directrice du Centre Culturel en 2011. Son rôle est de faire découvrir le meilleur des cultures françaises et américaines, à travers plusieurs conférences, concerts et séances cinéma. A l’automne 2012, elle a lancé le programme d’artistes en résidence. Elle est aussi Suppléante du député LREM en Amérique du Nord.

Related Posts


Topics